C’est le bilan du dépistage effectué au premier jour de la campagne de dépistage gratuit organisé à l’hôpital Laquintinie dans le cadre de la semaine de la femme.

Le département de gynécologie grouille de monde. Des femmes attendent d’être reçu par le gynécologue. Ce jeudi, 3 mars 2022, marque le deuxième jour de la campagne de dépistage gratuit du cancer du col de l’utérus initiée par l’hôpital Laquintinie de Douala. C’est à la faveur des activités marquant la célébration de la journée internationale de la femme. Des centaines de femmes attendent d’être appelées. « Nous avons reçu en moyenne 200 femmes hier (mercredi) au premier jour de la campagne de dépistage”. Pendant les trois jours de dépistage, la population attendue est de 1000 femmes », informe le chef du département de gynécologie à l’hôpital Laquintinie, le Pr Henri Essomè.

Un col de l’utérus atteint de cancer

Plusieurs raisons justifient le choix porté sur cette maladie par cette institution hospitalière. En effet, le cancer du col de l’utérus est le deuxième le plus répandue dans le pays, après le cancer du sein. « Nous profitons de cette période où la femme est célébrée dans le monde pour parler de sa santé et spécifiquement d’un aspect qui tue, notamment le cancer du col de l’utérus », note le Pr Henri Essomè qui déplore les décès enregistrés du fait de cette maladie. « Le cancer du col de l’utérus a la particularité d’être écœurant parce qu’on ne devrait pas en mourir tellement le diagnostic est aisé. Et le traitement également à des stades de début. Cette unité de dépistage gratuit du cancer du col de l’utérus existe à l’hôpital Laquintinie depuis novembre 2015. Elle est fonctionnelle et le dépistage est gratuit », informe le médecin qui regrette le peu d’intérêt accordé par les femmes pour se faire dépister gratuitement de cette maladie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.