Le psychiatre donne des conseils et astuces pour ne pas fumer, et pour éviter la dépendance à la cigarette.

Qu’est-ce qui explique que les fumeurs ont généralement du mal à arrêter de fumer ?

La cigarette, le cannabis et toutes les autres drogues répondent en général à une question qui est au fond de l’esprit du fumeur. Donc généralement ceux qui consomment ces substances sont à la recherche d’une détente, d’un bien-être qui leur permettrait d’échapper à une certaine souffrance. Et donc, la cigarette a comme avantage de lutter contre l’anxiété, contre la dépression, contre les problèmes de vigilance chez certaines personnes.

Certaines fumeurs savent que la cigarette est un fournisseur de cancer, détruit l’environnement, mais n’arrivent pas à arrêter de fumer. C’est parce qu’au fond, ceux qui commercialisent la cigarette ne parlent pas à notre intelligence. Ils parlent à nos tripes, à notre cerveau animal, parce que le plaisir, le bien-être que va procurer le fait de fumer va supplanter tout le cerveau qui est animal, et va supplanter tout raisonnement possible. Et donc, finalement, la personne a du mal à arrêter.

Et pour entretenir le fait de consommer, le cerveau connecte les choses, un peu comme un clavier de téléphone, lorsque vous écrivez un message, il vous propose des mots pour que vous anticipiez. Le cerveau va faire la même chose. Il va faire que quand on mange, on a immédiatement envie de prendre une cigarette après, ainsi que quand on se réveille, ou quand on voit d’autres fumeurs. Il y a des systèmes dans le cerveau qui permettent d’entretenir cela. Et c’est tout cela qui rend la prise en charge difficile.

Dr Christian Eyoum parle de la prise en charge psychologique des tabagistes

Que faut-il donc sommairement faire pour arrêter de fumer ?

Il faut tout d’abord se dire que c’est dangereux de fumer, que cela n’a jamais été bien de fumer, que cela expose aux cancers. Donc, il faut déjà être motivé. Il faut se faire aider si on n’arrive pas à arrêter seul. Il y a des gens qui y parviennent tout seul. Et ils sont à féliciter. Quand on n’y arrive pas, il faut demander de l’aide, notamment à un personnel soignant qui va associe la prise en charge biologique, en termes de médicaments de substitut, ainsi que la psychothérapie et la prise en charge corporelle et sociale.

Comment faire pour éviter de fumer quand on est dans un environnement où les personnes qu’on côtoie fument ?

Il faut s’éloigner des fumeurs et ne pas y gouter. Quand on a commencé à y gouter, on s’expose. Malheureusement bien souvent on commence à fumer à l’adolescence. Des études montrent que c’est à l’âge de 14 ans que la plupart des gens goutent à leur premier bâton de cigarette. Mais, cela part aussi de l’éducation parentale, d’enseigner aux enfants que tous ces artifices, toutes ces choses qui sont comme des pseudo-béquilles, qui nous permettent d’échapper à certaines réalités ne valent pas mieux qu’une bonne structuration mentale qui permet de surmonter ses difficultés et d’avancer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.