Dans le cadre de la lutte contre cette maladie, des dépistages gratuits et autres examens sont effectués du 13 au 19 juin au Centre de prise en charge de la drépanocytose.

Le nombre de personnes qui viennent se faire dépister à l’hôpital Laquintinie de Douala, à la faveur de la campagne de dépistage va croissant. Lundi et mardi dernier, 33, puis, 43 personnes ont pu bénéficier de la gratuité de cette campagne dont l’objectif vise à lutter contre la drépanocytose.

« Les patients que nous avons reçu ont été par la suite orientés en ophtalmologie et chez le dentiste. Quand on envoie les patients chez les autres spécialistes, c’est pour rechercher les complications de la drépanocytose. Il peut y avoir des atteintes oculaires. Et la carie dentaire est une porte d’entrée d’une infection qui peut entrainer la survenue d’une crise de douleur, par exemple. Il y a des complications aiguës, qui se manifestent par des douleurs et infections. Des douleurs thoraciques, et des crises. Les complications chroniques surviennent plus tard, dès l’âge de 6 ans, voir plus chez certains sujets. Il peut avoir des complications cardiaques, des maladies rénales chroniques, des hypertensions pulmonaires. Donc, tous les systèmes sont concernés »,

explique le Dr Claude Ntsoli, pédiatre.
Dr Claude Ntsoli, pédiatre

Ainsi, du 13 au 19 juin 2022, cette expertise sera offerte gratuitement aux patients qui se rendront au Centre de prise en charge de la drépanocytose de l’hôpital Laquintinie. Il est notamment prévu pendant sept jours, des sensibilisations grand public ; les consultations gratuites pour les drépanocytaires en pédiatrie, psychologie, hématologie, ophtalmologie et en odontostomatologie. Le programme prévoit également, le jeudi, 16 juin, des Journées porte-ouverte, et les 17 et 18 juin, les tests gratuits d’électrophorèse.

« Tout est gratuit. Le patient vient juste avec son carnet et son thermomètre, et ne paie pas la consultation » Dr Claude Ntsoli, pédiatre

Elle fait par ailleurs savoir que le Cameroun ne dispose pas d’étude nationale sur le comportement de cette maladie. Cependant, « il y a des études intra hospitalières, mais qui ne reflètent pas les chiffres réels de l’évolution de la maladie au Cameroun. Mais il y a un projet pilote de dépistage néo-natal de la drépanocytose, qui est en place dans les villes de Douala et Yaoundé. Et l’an dernier en 2021, on a pu enregistrer 7000 naissances. Et avec ces chiffres, on espère faire un plaidoyer afin de vulgariser dans d’autres régions ce projet », note t-elle. Une maladie que l’hôpital Laquintinie suit au quotidien, à travers des tests de dépistage néonataux effectués sur les nouveau-nés et les consultations drépanocytaires.


Dépistage gratuit de la drépanocytose: Demandez le programme

L’intérêt de la consultation n’est plus à démontrer. « Il y a de nombreux avantages à se faire consulter à l’hôpital Laquintinie. Par exemple, le prix de la numération sanguine est réduit de presque 50%, et le patient est exonéré d’un donneur en cas de transfusion sanguine. Donc, au lieu de deux donneurs, il n’apportera qu’un seul. Les patients reçoivent parfois des anti douleurs lors des consultations », informe la pédiatre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.