Cette douleur que ressentent certaines femmes pendant leurs menstrues peut cacher d’autres maladies bien plus graves.

Encore appelée Dysménorrhée, il existe au moins deux types de règles douloureuses. Celles qui  n’ont pas de causes et on parle de dysménorrhée primaire. Dans ce cas, les douleurs diminuent avec les accouchements.

Les règles douloureuses peuvent aussi cacher certaines pathologies, telles que les infections pelviennes, l’endométriose, ou plusieurs autres causes. Et dans ce cas, on parle de dysménorrhée secondaire. « Une endométriose sur-diagnostiquée peut aussi être l’une des causes des règles douloureuses. Au lieu de saigner dans l’utérus, elle peut saigner un peu dans les trompes, dans d’autres organes, ou dans les poumons, dans les cas graves, bien que ces cas soient rares. Ces saignements là font qu’il y a des adhérences. Les cellules se collent entre elles et cela occasionne la douleur », explique le Dr MOUKOURI SAME NGOUCHET, gynécologue.

Pour le traitement des règles douloureuses, il faut d’abord trouver la cause. Au cas où on n’en trouve pas, les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont utilisés pour calmer la douleur en fonction de la cause, que ce soit une dysménorrhée simple qui n’a pas d’étiologie connue, ou une dysménorrhée secondaire qui est associée à une pathologie, explique la gynécologue.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *